Love, la série anti rom-com des temps modernes

love affiche

Love est l’une des toutes dernières nouveautés du catalogue Netflix. Je me suis laissé séduire par les quelques messages du community manager du compte Twitter de Netflix et j’ai dévoré les 10 épisodes de la première saison en deux jours seulement. Véritablement touché par la subtilité, la sincérité et le modernisme de cette série qui réinvente la comédie romantique, je vous propose aujourd’hui mon avis sur cette belle découverte.

Los Angeles. Elle est belle, un caractère de chien et addict à l’alcool, à la drogue et aux relations foireuses. Il est gentil, un peu paumé et se révèle être particulièrement relou par moments. Rien ne les destinait l’un à l’autre et, pourtant, une rencontre dans une épicerie de quartier va changer la donne. Je crois que je suis plutôt fier de mon synopsis fait maison.

love-serie

J’aime bien les comédies romantiques. Mais je n’aime pas vraiment qu’on se foute de ma gueule, c’est ça le problème. On a eu le droit à pas mal de rom-com ces dernières années. Des plutôt chiantes et des plutôt chouettes (Girls, New Girl, etc.), mais Love a ce petit quelque chose en plus. Par exemple, même si je trouvais que Girls apportait un léger vent frais avec ses vingtenaires entrant dans la vie professionnelle et leurs états d’âme, Love s’inscrit véritablement dans son temps. Pour une fois, on est face à une série qui met en scène des personnages qui, dans un contexte californien différent du notre, nous ressemble. Ils peuvent être chiants, ne se rencontrent pas forcément, et communiquent pas mal par SMS ou par téléphone. Parce qu’il faut bien se l’avouer, l’amour en 2016 n’est pas ce qu’il était il y a encore 20 ans. Aujourd’hui on chatte et on textotte, on examine la page Facebook des autres et on check leurs photos Instagram. C’est une réalité qu’on retrouve dans Love et qui est parfaitement retranscrite. Les personnages utilisent les réseaux sociaux dans leurs relations amoureuses, comme nous, doutent, comme nous, réagissent comme des cons, comme nous… Bref, c’est nous, en plus beaux (quoique le mec a un sacré gros pif) et aussi nazes mais à la sauce californienne.

love-episode1

La série est par moments très intelligente. Je vous disais précédemment que les personnages ne se rencontrent pas forcément comme c’est le cas dans notre quotidien. Quand on ne voit pas son copain ou sa copine, on lui envoie des SMS. Quand on vient de se fâcher, on jette un œil à son Facebook pour voir si quelque chose s’y passe. Quand l’autre passe du bon temps sans nous, on essaye d’en savoir un peu plus grâce à Instagram. Et la série montre ces moments de malaise dont on n’est pas très fiers. Vous voyez ce moment où vous envoyez deux ou trois SMS auxquels on ne vous répond pas. Ou celui où vous aimeriez que l’autre soit aussi triste que vous mais semble s’éclater avec ses potes et publie les photos en ligne. Love c’est ça.

Cette série ne vaut pas le détour seulement parce qu’elle traite ses personnages avec une certaine sincérité. Love c’est aussi un doigt d’honneur à l’industrie hollywoodienne. Gus, notre héros, bosse dans une boite de production et de réalisation de série. On y découvre des auteurs nuls à chier et des acteurs pas forcément tous très malins. Cette idée, et plus précisément le fait que la série veuille prendre les rom-com à revers, est parfaitement illustrée par une scène où Gus balance des blu-ray depuis sa voiture. Il jette des classiques comme Pretty Womanen s’écriant : « Des mensonges, des conneries, qu’ils aillent se faire foutre. ». Et on en revient de nouveau à ce que je disais avant. Love se rapproche plus de la réalité : des rencontres inattendues, des relations compliquées, des hauts et des bas sans forcément de happy end.

love-gus

love-bed

Que dire de plus sans trop en dévoiler sur les rebondissements ? Je crois avoir assez fait l’éloge de Love comme ça. La première saison est une franche réussite. On dévore rapidement les 10 épisodes de 30 à 40 minutes. C’est une comédie romantique comme je les aime : dans l’ère du temps, originale et plutôt réaliste. Si je devais faire un parallèle avec le cinéma, elle me rappellerait légèrement (500) jours ensemble de Marc Webb avec Joseph Gordon-Levitt et Zooey Deschanel. Les évènements et les personnages sont complètement différents mais, tout comme ce film, Love change de ce qu’on a pu voir par le passé et dépeint un tableau qui, personnellement, me touche beaucoup plus que ce que je peux voir habituellement. Ah, et j’ai oublié de dire qu’il y a plein de super beaux plans.

Bon, voilà, Love c’est trop cool, matez moi ça sur Netflix et puis c’est tout ! Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre la saison 2. Et si je n’ai pas réussi à vous convaincre, j’espère que le trailer le fera mieux que moi.

Let’s Play : évènement retrogaming à Quimper le 6 mars

Le dimanche 6 mars 2016, dès 14h au Novomax de Quimper, en compagnie des membres de mon association Let’s Play, nous donnons rendez-vous à tous les amateurs de jeux vidéo pour un nouvel évènement dédié au retrogaming. Des dizaines de consoles ayant marquées les 4 dernières décennies seront à disposition pour permettre aux joueurs de voyager le temps d’une journée.

Lets Play Event retrogaming

Si vous êtes du côté de Quimper, nous comptons sur vous pour nous rendre visite. L’accès à celui-ci est entièrement gratuit et ouvert à tous. Le Novomax, nouvelle salle de concert quimpéroise, nous fait le plaisir de nous ouvrir ses portes pour proposer un rassemblement digne de ce nom. On compte sur vous pour être super nombreux pour vous organiser énormément d’évènements de ce type. Ce sera l’occasion de jouer à plein de jeux vidéo qui ont marqués l’histoire, de nous rencontrer mais aussi de faire la connaissance de nombreux autres passionnés de jeux rétro.

On vous proposera aussi une petite buvette pour que vous puissiez boire un coup et manger quelques gâteaux à nos côtés.

Shin Chan gif

En attendant, je vous invite très fortement à suivre la page Facebook de Let’s Play pour vous tenir au courant de toutes nos actualités. On organise pas mal de choses et nous prévoyons encore d’autre rendez-vous d’ici les vacances estivales.

Les jeux qui pourraient me faire acheter une PS4 en 2016

PS4

2015 est très certainement l’une des années les plus chiantes que j’ai connu en termes de gaming. Mis à part Splatoon et Mario Maker (pas encore eu le temps pour Xenoblade), les sorties consoles ne m’ont pas spécialement vendu du rêve. Je me rends compte que la PS4 et la Xbox One sont sorties depuis plus de deux ans et je n’ai toujours pas la moindre envie de claquer quelques 350 balles pour une de ces consoles. La Xbox One me semble, à ce jour, plus intéressante que la PS4 (juste pour Halo et Sunset Overdrive je pense). Mais le constat est là : on a eu le droit à beaucoup de remakes (GTA 5, The Last of Us, Dishonored…), de suites qui ne m’intéressent pas (Assassin’s Creed Syndicate, Far Cry 4…) et des gros pétards mouillés (Mad Max, Battlefront…). Néanmoins, 2016 pourrait être l’année qui change la donne grâce à quelques sorties sur PS4 notamment.

The Last Guardian

The Last Guardian

Dans la liste des jeux maudits de l’histoire, je demande The Last Guardian. J’avais baissé les bras quant à la sortie de ce jeu attendu depuis maintenant plusieurs années. J’ai encore du mal à croire que The Last Guardian aura droit à une sortie en 2016 et je ne serais pas surpris que ce soit encore reporté à l’année prochaine. Ce serait un véritable plaisir de le voir débarquer cette année mais je sens déjà tomber la news « The Last Guardian reporté à 2017. » Bref…

Le trailer publié à l’occasion de l’E3 2015 a juste balancé du rêve et j’attends l’arrivée de ce jeu comme un fou ! L’univers a l’air incroyable et j’espère sincèrement que tout sera à la hauteur de nos attentes.

Gravity Rush 2

Gravity-Rush-2

Gravity Rush est clairement l’un de mes jeux préférés sur PlayStation Vita. Il faut dire que la catalogue de la Vita n’est pas incroyable mais cette nouvelle licence est une des belles découvertes de ces dernières années. Je me réjouis qu’une version remaster sorte sur PS4 pour faire découvrir ce très bon jeu à un plus large public et pour préparer tout le monde à la sortie de Gravity Rush 2.

Il s’agit très certainement du jeu qui me donnerait le plus envie d’investir dans une PlayStation 4. Je suis amoureux du principe de gameplay du jeu, de son univers et de ses personnages.

NieR Automata

Nier Automata

Le simple fait que NieR soit signé PlatinumGames suffit déjà à me donner envie d’y jouer. Parce que bon : MadWorld, Bayonetta, Vanquish ou encore The Wonderful 101… rien que ça.

Le premier NieR était déjà un excellent jeu avec des combats dynamiques, des énigmes comme je les aime et une B.O. fabuleuse qui mérite à elle seule l’achat du jeu. Le nouveau a l’air d’avoir une direction artistique à faire chialer et tout simplement PLATINIUMGAMES putain !!!

Horizon : Zero Dawn

horizon-zero-dawn

Horizon : Zero Dawn ne m’a pas forcément rêver au moment de son annonce pendant l’E3. Je ne sais pas si c’est dû au fait que c’était noyé au milieu de dizaines d’autres nouveautés mais je n’avais pas été spécialement enthousiaste au moment de sa présentation. Et pourtant, plus je regarde le trailer, des vidéo et des images du jeu plus la hype monte.

Là aussi, j’ai l’impression que le jeu est ultra riche et risque d’apporter de la fraîcheur au milieu de toutes les suites et remakes auxquels on a le droit en ce moment. Après, malgré tout, il s’agit très certainement du jeu qui m’inquiète le plus. J’ai un peu peur de la désillusion. Wait and see !

~

Je ne crois pas vraiment à leurs sorties en 2016 donc je n’ai pas cité Detroit : Become Human et Ni No Kuni 2. Je tiens à ajouter qu’Uncharted 4 ne m’intéresse absolument pas pour le moment, je l’ai donc délibérément fait passer à la trappe.

Et pour les autres jeux (multi-plateformes), je pense que Final Fantasy 7, No Man’s Sky, Unravel et Mirror’s Edge Catalyst risquent de méchamment déboîter et me feraient certainement aussi investir dans une console de la nouvelle génération. En tout cas, on peut voir qu’il n’y a pas spécialement d’exclusivité chez Microsoft qui pourrait me faire hésiter à prendre plutôt la Xbox One.

Mon avis sur Sword Art Online Progressive T.1, 2 & 3

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler à plusieurs reprises de Sword Art Online sur le blog. Vous avez eu le droit à mon avis sur la première saison de l’anime ainsi que sur les tomes 1, 2 et 3 de Sword Art Fairy Dance. Globalement le constat était celui-ci : Sword Art Online, c’est plutôt cool ! Aujourd’hui je m’attaque aux trois premiers tomes de la série Sword Art Online Progressive signée Himura KISEKI et Reki KAWAHARA publiée chez Ototo.

IMG_20160205_191900-01

En 2022, Kirito, un adolescent sans histoire, se retrouve piégé avec 10 000 autres joueurs dans un jeu en réalité augmentée massivement multi-joueur : Sword Art Online. Pour regagner leur liberté, les joueurs devront compléter les 100 étages qui composent l’Aincrad, leur prison virtuelle. Mais le moindre faux-pas pourrait être fatal, puisque qu’un Game Over dans le jeu entraînera une mort réelle. Kirito, le joueur solo, se lance dans une course effrénée pour sa survie, dans un monde où l’art de l’épée dicte la loi des plus forts.

Sword Art Online Progressive n’est pas la première œuvre ancrée dans l’univers de SOA. J’étais resté plutôt dubitatif à la lecture du premier arc de la série et avait beaucoup plus apprécié le deuxième arc Fairy Dance. La version Progressive reprend le premier arc, Aincrad, non plus du point de vue de Kirirto mais plutôt de celui d’Asuna. Ce choix est tout simplement excellent pour deux raisons : l’arc Aincrad en manga papier souffrait d’un dessin plus que moyen et d’un rythme déséquilibré, choses corrigées ici, et relate une période similaire avec un point de vue différent, ce qui apporte un véritable vent de fraîcheur à la série.

sao-progressive

J’ai toujours pensé que le personnage d’Asuna avait plus d’intérêt que celui de Kirito dans SAO. Kirito servait, selon moi, à donner un personnage masculin pour que les gars s’identifient mais aussi à centrer sur lui le « triangle amoureux ». Au delà de ça, il était assez ennuyeux et pas particulièrement plus intéressant que ça. Asuna, quant à elle, de par sa place au sein de sa guilde joue un rôle bien plus passionnant à mon goût.

Côté dessin, rien à redire. De tous les mangas basés sur l’univers SAO, Progressive est sans aucun doute celui qui met le plus en valeur la licence. Les personnages sont beaux, plus expressifs, les décors sont riches et le rendu « digital » à la jeu vidéo est particulièrement efficace. On se sent tout de suite plongé dans un univers complet, complexe et immersif… c’est du tout bon !

On notera tout de même que cette version a un léger côté fan-service que l’on ne retrouvait pas forcément par le passé. Je pense notamment à une scène de bain d’Asuna qui est clairement là pour satisfaire les fans. Les aficionados de la guerrière apprécieront, les autres peut être un peu moins.

SAO

Après trois tomes, le constat est là. Il s’agit pour le moment du meilleur arc de Sword Art Online au format papier. Le premier tome est une parfaite introduction à l’univers, les tomes 2 et 3 déroulent une intrigue vraiment captivante et j’attends avec hâte le dénouement avec le quatrième tome de cet arc.

Ototo nous sert ici une édition très propre, comme toujours, avec premières pages en couleur et tout ce qui va bien avec. J’ai en plus de ça un gros coup de coeur pour les couvertures de Sword Art Online Progressive qui, il faut se l’avouer, sont absolument magnifiques.

Vous pouvez vous acheter les tomes présentés dans l’article sur Amazon :

 

Voyage au Mexique : México, Distrito Federal

mexico zocalo

Me voilà enfin du retour du Mexique après un voyage d’un peu plus de deux semaines. Comme vous avez pu très certainement le constater, le blog a été un petit peu à l’abandon en mon absence. Mais bonne nouvelle, ce séjour me permet maintenant de vous proposer une série d’articles pour partager avec vous mon ressenti sur ce voyage qui a très certainement été l’une des expériences humaines les plus fortes que j’ai pu vivre jusqu’à aujourd’hui.

J’ai déjà eu l’occasion de pas mal voyager en Europe au cours des dernières années. Je pars fréquemment seul car le voyage en solitaire est pour moi un temps spécial qui permet de se recentrer sur soi-même, de se découvrir, de se surpasser et offre surtout la possibilité de tisser des liens privilégiés avec les autres. Cette fois-ci, c’est donc équipé d’un sac de trekking gentiment prêté par une aimable collègue (coucou Natacha) et un sac à dos que je suis parti à l’aventure à l’autre bout du monde, au Mexique. Le voyage s’est divisé en deux étapes : une semaine à la capitale, Mexico, et une autre à faire le tour du plateau central du pays.

mexico

Mexico est une ville hors-norme. Dès mon arrivée j’ai été surpris par la superficie et l’importance de la population de la ville. Il s’agit de la deuxième ville la plus peuplée du monde et l’une des plus grandes également. En atterrissant en avion, qui se trouve d’ailleurs dans la ville et qui donne l’impression de s’écraser sur les maisons, il est impossible de voir où cette capitale se termine tellement son territoire est vaste.

Mon idée était de rester dans la ville une semaine complète pour découvrir à la fois les lieux touristiques et historiques les premiers jours ainsi que la vie quotidienne des Mexicains durant les jours restants. Je logeais dans une auberge de jeunesse vraiment géniale en plein cœur du Centre Historique de la ville. En plus d’être un lieu particulièrement beau, l’accueil y est super convivial et on peut y faire un très grand nombre de rencontres. Je dormais dans un dortoir mixte de 18 personnes où j’ai pu rencontrer des Mexicains, Américains, Argentins, Québécois, Allemands et j’en passe. Pour ceux que ça intéresse, il s’agit de l’Hostal Centro Histórico Regina. Et n’hésitez pas à manger dans le resto au rez de chaussée de l’hostal, une des serveuses (coucou Sarah) est super sympa et est une des meilleures rencontres que j’ai pu faire pendant mon voyage !

Hostal Centro Historico Mexico

Je commence donc avec ce premier article sur Mexico vous présentant quelques lieux ou quelques petites choses à voir absolument si vous vous rendez dans la capitale du Mexique. Un article sur Teotihuacan, un sur San Luis Potosí et un autre sur Guanajuato arriveront à coup sur dans les jours ou semaines à venir et peut être un autre sur Mexico de nouveau.

Le Jour des Morts (Día de Muertos)

IMG_20151102_142130

Le Jour des morts, contrairement à ce que semble indiquer son nom, se déroule sur deux journées. Le 1er et le 2 novembre de chaque année, les Mexicains installent des autels dédiés aux morts couverts d’offrandes, d’objets, de fleurs et de nourriture un petit peu partout (commerces, logements, rues, parcs etc.). J’ai eu la chance d’arriver au Mexique le 1er novembre durant ces festivités qui en fait très certainement la meilleure période de l’année pour découvrir le pays. J’étais donc dans le Centre Historique de la ville le 1er novembre au soir où j’ai pu découvrir tous ces autels et spectacles de rue organisés à l’occasion de cette fête. Les familles disposent sur ces autels des objets ou de la nourriture qui étaient appréciés par les défunts.

Le lendemain je me suis rendu dans des musées qui étaient particulièrement décorés pour l’occasion. Le plus impressionnant est très certainement le Musée Dolores Olmedo qui propose tout un espace dédié au Jour des Morts.

Quand je vous disais que tout le monde faisait des autels pour le Jour des Morts, même les étudiants de l’université créent des autels gigantesques qu’ils exposent dans la Cité Universitaire. Ils travaillent par groupes d’étudiants et font tous des autels autour d’un thème en particulier. Ça peut aller des autels les plus fantaisistes, souvent faits par des étudiants en arts, d’autres sur des thèmes historiques, etc.

Le Centre Historique

IMG_20151107_154051

Le Centre Historique de Mexico fourmille toujours de monde et encore plus le week-end. Il ya toujours de la vie, plein de choses à manger et un nombre incalculable de lieux à visiter. Entre la Cathédrale, le Templo Mayor et toute la zone du Zócalo (place principale), Bellas Artes, les musées, les rues, les commerces, etc. je peux vous dire qu’il y a de quoi faire déjà. C’est une zone très agréable et tout n’y est pas si cher contrairement à ce qu’on pourrait croire. Il y a plein de quartiers plus prisés où tout coûte plus cher que dans le Centre Historique.

Le Ville Universitaire (Ciudad Universitaria)

IMG_20151102_163502

Quand vous visitez la Ciudad Universitaria à Mexico, l’une des universités de la ville, oubliez complètement l’image que vous vous faites d’une université en France. Le campus est tellement grand qu’il s’agit d’une ville avec son propre réseau de bus et de taxis par exemple. Elle est gigantesque et vit 7 jours sur 7, c’est complètement dingue. Il y a des vendeurs un petit peu partout qui vendent nourriture, objets, etc., des étudiants dans les parcs, d’autres à la bibliothèque… La bibliothèque est très certainement l’édifice le plus impressionnant du campus. Elle est gigantesque et sa façade est absolument magnifique.

Chapultepec

IMG_20151103_130926

Le Bois de Chapultepec est très certainement l’un des coins les plus agréables de Mexico. Cette colline boisée gigantesque a de quoi vous occuper pour un sacré nombre d’heure. On y retrouve le Château de Chapultepec, en hauteur de la colline. Le point de vue sur la ville est magnifique et on y retrouve de très belles peintures murales.

Autour de ce château on peut visiter le musée national d’anthropologie, le musée d’arts modernes, le musée Tamayo, le zoo, le jardin botanique et le monument Los Niños Héroes entre autres.

Le lieu est très agréable et je vous recommande vraiment d’y faire un tour une journée ou deux si vous voulez faire une bonne balade ou tout simplement vous reposer au milieu des écureuils qui sautillent un peu partout dans les bois.

IMG_20151103_144628

Tepeyac

El Tepeyac est une colline située au nord de la ville de Mexico. C’est une zone vraiment magnifique où on peut retrouver quelques monuments religieux assez impressionnants telle que la Basilique Notre-Dame-de-Guadalupe de Mexico par exemple. Le nord de la ville est véritablement différent du Centre Historique, les maisons sont plus colorées et l’ambiance n’est pas du tout la même. En sortant du métro, à quelques centaines de mètres de la grande place où se trouve la Basilique, on a l’impression d’arriver dans une nouvelle ville, c’est plutôt chouette.

IMG_20151105_092623

Cette zone étant une colline, on peut constater qu’une partie des monuments penchent pas mal (surtout la Basilique). Je vous conseille vivement de vous y rendre assez tôt le matin car Tepeyac attire pas mal de touristes et les messes y sont également nombreuses.

La Lucha Libre

L’avantage quand on part seul dans un pays c’est qu’on rencontre pas mal de monde. Parmi mes rencontres, j’ai fait la connaissance d’un Mexicain super sympathique (coucou Yasser) qui m’a emmené voir de la Lucha Libre en arène. Ne connaissant pas du tout le fonctionnement de ce genre de lieux, je ne suis pas certain que j’y serais allé tout seul.

IMG_20151103_184523

Même sans être fou de Lucha Libre, je pense que c’est quelque chose qu’il faut voir quand on va au Mexique. C’est super impressionnant de voir ça en direct. Entre la performance des luchadors et l’ambiance dans le public, c’est une expérience assez incroyable ! Le public crie, les sportifs réagissent et joue avec nous… c’est complètement fou ! La Lucha Libre a la particularité d’être beaucoup plus aérienne que le catch, ce qui fait que je trouve ça tout de suite plus spectaculaire. Et pendant ce temps que le public gueule et que les luchadors se mettent sur le tronche, des mecs passent dans les rangées pour essayer de vendre de la bière, de la nourriture et plein d’autres choses.

Désolé pour la qualité des photos, les gros appareils et les caméras ne sont pas acceptés dans l’arène.

5 jeux mobiles à ne pas manquer !

Voilà maintenant un bout de temps que je n’avais pas parlé de jeux pour mobiles. Et pourtant, je suis assez friand de ces sur smartphones et tablettes. Beaucoup considèrent les jeux sur plateformes nomades comme un sous-genre mais le support est intéressant et force les développeur à imaginer des gameplay ultra efficace pour produire des jeux funs instantanément, comme à la grande époque. Voilà donc ma sélection des 5 jeux mobiles à posséder absolument !

Monument Valley

Monument-valley

Monument Valley est un jeu que j’ai découvert avec la série House of Cards. Dans celle-ci, le personnage principal commence à jouer à MV grâce à une critique qui a été faite dans un journal. Ce qui est particulièrement rigolo avec cette anecdote, c’est qu’on aurait tendance à croire que la série avait inventé le jeu alors que celui-ci existe réellement. Bref, Monument Valley c’est un peu de réflexion mais surtout un jeu visuellement incroyable où on manipule une architecture impossible et où on y guide une princesse silencieuse dans un univers époustouflant. Ce jeu regorge d’excellentes idées et nous plonge avant tout dans un univers magnifique qui m’a particulièrement charmé.

Duet

Duet

Duet est un jeu mobile sur lequel je reviens très très très souvent que j’ai découvert grâce à eMxPi. Il s’agit là d’un jeu faisant appel à votre dextérité. On y contrôle deux boules (rouge et bleu) qui vont bouger simultanément. Il va falloir les faire tourner vers la droite ou la gauche pour tenter d’esquiver différent obstacles, le tout sur un fond musical hypnotique. Je ne saurais en dire plus car il est assez difficile de parler de ce jeu. Je vous invite à regarder une ou deux vidéos de gameplay pour mieux comprendre et bien évidemment à télécharger l’appli pour vous faire un avis.

One Piece Treasure Cruise

OP

L’univers de One Piece est juste incroyable. Mais quand on nous permet de revivre l’histoire à travers un RPG sur mobile plutôt complet et carrément bien foutu, je ne peux qu’approuver. J’ai déjà passé un bon paquet d’heure sur celui-ci avant sa sortie en France et je viens de le recommencer à nouveau car il est excellent. En plus, il est gratuit !

Badland

Badland

Amateurs d’aventures et de jeux à ambiance, Badland est fait pour vous. En voyant ce jeu pour la première fois, j’ai tout de suite pensé à l’incroyable Limbo que je me suis terminé un nombre incalculable de fois. Je n’ai pas besoin de vanté les qualités de ce titre puisqu’il a été à de nombreuses reprises primés dont le prix du meilleur jeu mobile de l’année si je ne me trompe pas. Badland est magnifique, addictif et super bien foutu. Je le recommande vivement, notamment sur une tablette pour bien profiter de l’esthétisme du jeu.

Jetpack Joyride

Jetpack-Joyride

Je ne sais pas depuis combien de temps existe ce jeu mais j’ai presque l’impression de le connaître depuis que j’ai un smartphone. Si je me souviens bien, je vous avais déjà parlé de Jetpack Joyride au moment des 4 mois que j’ai passé en Espagne il y a de ça plus de 2 ans si je ne me trompe pas. Ce jeu est tout simplement ulta fun. On pilote un petit personnage équipé d’un jetpack et l’objectif est d’aller le plus loin possible. On évite des obstacles, ramasse des pièces, des bonus et j’en passe puis on peut customiser son personnage pour tenter d’aller encore plus loin. Le jeu est super bon et promet de bonnes tranches de rigolade avec les potes si vous avez une tablette.

Voilà les 5 jeux auxquels je joue régulièrement ou qui m’ont le plus marqués. Je joue bien évidemment à de très nombreux autres titres, j’aurais pu parler de Agar.io, de Zombie Tsunami et bien d’autre jeux. Je pense vous proposer régulièrement des articles sur les plateformes mobiles que je trouve super intéressante. Pourquoi pas des dossier sur l’intérêt d’avoir des sites responsives comme mon blog ou casino.com par exemple.

N’hésitez pas à partager vous aussi vos jeux favoris avec moi.